LE BARCARES

LA COUDALERE

ETANG DE SALSES -LEUCATE

 

 

Vues de l'étang de Salses - Leucate

 

 

Les communications de l’étang avec la mer sont assurées aujourd'hui par trois chenaux  (graus) , le Grau des Conchyliculteurs au Nord, le Grau de Port Leucate au milieu et le Grau Saint-Ange à Port Barcarès au sud qui sont ouvertes et fermées en fonction des saisons et en relation avec la migration des poissons.

 

 

 

 

 

 

 

Creusement du chenal St Ange en 1965

Clic sur image

 

Au centre ostréicole du Grau de Leucate ses ostréiculteurs vous proposeront leurs produits : huîtres, moules, coquillages, palourdes etc..à déguster sur place ou à emporter, le tout accompagné d'un vin blanc de Leucate.

 

ETANG DE SALSES LEUCATE (7000HECTARES)

CE PLAN DE NAVIGATION DANS L'INTERIEUR DE L'ETANG N'EST PAS UNE CARTE MARINE

       Les niveaux d'eau, les balisages, les hauts fonds, les dangers signalés ne sont que des indications incomplètes et imprécises dont devra tenir compte l'utilisateur. Les hauteurs

       d'eau portées sont des niveaux moyens qui peuvent être modifiés par des vents forts, des déplacements de sable, de fortes précipitations, etc...

 

Un peu d'histoire

 

BASE DE SAINT-LAURENT DE LA SALANQUE

 

LATÉCOÈRE  21 bis -1927 -

Clic sur images

 

L'étang de Salses qui borde notre copropriété a été dans sa partie Sud, une base pour hydravions et un aérodrome construits en 1925 par le constructeur d'avions latécoère.

Pierre Latécoère constructeur d’avions à Toulouse conçoit le projet révolutionnaire de relier Toulouse à L’Amérique du Sud par la voie des airs. Ce sera Jean Mermoz qui accomplira l’exploit de la 1ère traversée de l’ atlantique en passant par l’étang de St Laurent en direction de Santiago du Chili.

Mermoz et Saint-Exupéry s'y sont entraînés..

Extrait du mémoire d'un compagnon de Saint-Exupéry

"J'ai connu Saint-Exupéry en 1932 à Toulouse alors qu'ayant quitté l'Aéropostale il réceptionnait des Laté 28 destinés au Venezuela. Nos rencontres étaient très brèves, mes passages à Toulouse étant de courte durée, différents prototypes m'appelant à Biscarosse, Saint -Laurent de la Salanque et Saint- Raphaël.
Fin avril 1933 nous quittions ensemble Toulouse pour Saint-Laurent, où, suivant le désir de Latécoère, je devais familiariser Saint-Ex avec la Laté 381, hydravion à coque bimoteur Hispano 650 CV destiné à la CEPA de Saint-Raphaël. Le 4 mai deux vols d'essai étaient effectués, puis, une tramontane d'une rare violence s'étant levée, force nous fut d'attendre un temps plus clément pour entreprendre le convoyage sur Saint-Raphaël. Cette attente devait durer quinze jours. Arrivés le matin de bonne heure à la base, espérant vainement pouvoir mettre l'appareil à l'eau, nous trompions l'attente en nous affrontant dans de multiples combats navals d'où je ressortais - parfois - vainqueur.
Le soir venu, nous regagnions Perpignan où nous logions. Après dîner nous allions jouer aux échecs. Saint-Ex était de première force à ce jeu et me battait régulièrement. Je dois rappeler qu'il était non seulement un conteur et un poète délicieux, mais encore un mathématicien distingué.
Quand arrivait minuit il se levait pour aller téléphoner à Consuelo. Une demi-heure après il venait reprendre la partie interrompue pour me mettre mat dans les cinq minutes qui suivaient.
Le 19 mai nous décollions enfin. Saint-Ex au poste de navigation muni de son énorme stylo, devant son inséparable écritoire, devait sans doute consigner ses impressions de voyage ou peut-être achever une de ses œuvres. Je ne saurais le dire.
Ces quelques jours passés ensemble m'ont laissé le souvenir d'un homme facile à vivre, planant au-dessus des contingences de ce monde. C'était un grand rêveur profondément humain avec qui on passait des moments délicieux et enrichissants. Les essais du Laté 381 devant la commission de la CEPA de Saint-Raphaël ayant mis un terme à notre collaboration, Saint-Ex effectua alors, à la demande de Latécoère, quelques essais d'utilisation d'un hydro à flotteurs, le Laté 293 torpilleur. C'est au cours de ces essais qu'à la suite d'une manœuvre malencontreuse à l'amerrissage l'appareil capota sans grand dommage pour les occupants qui s'en tirèrent grâce à mon mécanicien Vergès qui se trouvait à bord occasionnellement.
Je ne devais par la suite revoir Saint-Ex qu'au cours de brèves rencontres, le temps de se serrer la main.

                                                                                                    Jean GONORD

 

               LATÉCOÈRE 293

                                                                                          

Dérivé du Laté 290, le 293 était un hydravion torpilleur monoplan haubané, transformable en terrestre. Ses flotteurs avaient été calés à 3° par rapport au fuselage pour faciliter le décollage. Le Laté 293 était muni d'un moteur Gnome et Rhône 14 Kr sc de 800 CV. C'est sur le prototype que Saint-Exupéry eut l'accident du 21 décembre 1933. Il convient de rappeler que, au cours des essais en vol précédents d'hydravions Latécoère à Saint-Laurent-de-la-Salanque, deux accidents graves avaient déjà eu lieu. En 1929, Prévost pilote et Hoff mécanicien avaient trouvé la mort sur le Laté 34. En 1930, le pilote Périot se tuait sur le Laté 38. Envergure 19,25 m. Longueur 14,53 m. Hauteur : 5,81 m. Masse maximale au décollage : 4 564 kg. Distance franchissable : 800 km. Vitesse de croisière : 200 km/h.

Hydravion de transport dérivé. Premier vol en février 1930. 1 seul exemplaire construit. Le 2 avril 1930, lors d'une présentation officielle il s'écrasa dans l'Etang de la Salanque à la suite d'une rupture de haubanage des plans de queue, entraînant dans sa chute le pilote Henry Prévot et le mécanicien Hoff.

L'aérodrome sert de base de repli à l'aviation française à la débâcle de 1940, puis l'unité de chasse française (Le Groupe de Chasse II/3 ) est évacuée en juin 1940 pour l'Afrique du nord.

L'aérodrome et la base seront détruits par les allemands.

Aujourd'hui la base sert avec son aérodrome aux entraînements des "services spéciaux";

SPECIFICITE DES LAGUNES MEDITERRANEENNES